Le Salvador renforce sa lutte contre les gangs avec 1 000 militaires supplémentaires

Le gouvernement salvadorien a recruté, il y a quelques semaines, 1 042 soldats des forces armées pour des fonctions de sécurité, ainsi que des agents de la police nationale, dans le but de renforcer la stratégie de défense contre les gangs et autres crimes avec un impact considérable.

Grâce à ces 1 042 nouveaux soldats, plus de 9 000 hommes en uniforme participent au Plan de contrôle territorial. Ce plan stratégique a été mis en œuvre en juillet 2019, afin de récupérer les territoires contrôlés par les gangs et réduire le pourcentage de meurtres et autres crimes connexes.

Le nouveau contingent a été intégré aux patrouilles dans les territoires où le taux de criminalité est le plus élevé.

Actuellement, on estime qu’environ 60 000 membres de gangs sont actifs sur le territoire salvadorien parmi les trois gangs dominants : Mara Salvatrucha (MS-13), Barrio 18 – Sureños et Barrio 18 – Revolucionarios. La plupart des meurtres qui se produisent dans le pays sont attribués à ces trois gangs.

En outre, le Salvador continue d’être un point de transit pour les trafiquants de drogue qui acheminent leurs cargaisons vers les États-Unis et d’autres pays, où les gangs jouent un rôle de plus en plus actif car ils contrôlent le territoire dans de nombreuses régions. Les gangs sont passés de l’extorsion de fonds aux vendeurs de drogue sur leur territoire à la commercialisation directe, sans négliger la consommation.

À la fin de l’année 2020, pour la première fois, les autorités ont démantelé, à San Salvador, un laboratoire de méthamphétamine appartenant au MS-13. Pour échapper aux autorités policières, le centre fonctionnait comme un centre religieux. Le taux de consommation d’amphétamines en Amérique centrale est plus élevé que le taux au niveau mondial, ce qui représente un marché potentiel que les gangs peuvent contrôler à l’avenir avec leurs réseaux de trafic de drogue au détail.

Aujourd’hui, les gangs sont considérés comme ayant établi des relations avec certaines organisations internationales de trafic de drogues à différents titres : assurer la sécurité du produit voire même le transporter. Ils seraient entrés en contact avec des quantités importantes de drogue, faisant un bond dans ces commerces illicites.

C’est pour ces raisons que les forces armées augmentent dans le pays. Par exemple, 500 kg de cocaïne ont été interceptés à bord d’une embarcation naviguant dans les eaux territoriales salvadoriennes, au début de l’année.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Arrestations de 73 trafiquants d’êtres humains présumés lors d’une intervention dans toute l’Europe

Du 31 mai au 6 juin 2021, Europol a soutenu les journées d’action coordonnée au niveau européen contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation par le travail. L’opération, menée par les Pays-Bas, a impliqué un large éventail d’autorités, notamment la police, les douanes et les gardes-frontières, les inspecteurs du travail ainsi que les autorités fiscales. Au total, 23 pays ont participé aux activités opérationnelles coordonnées.

La semaine d’action coordonnée a entraîné :

  • 229 arrestations (73 pour la traite d’êtres humains)
  • 630 victimes potentielles de différents types d’exploitations identifiées
  • plus de 4890 sites vérifiés
  • le contrôle de 16 530 véhicules
  • le contrôle de 56 250 personnes
  • 750 nouvelles enquêtes ouvertes, dont 150 liées à la traite des êtres humains.

Les autorités policières ont mené des inspections dans les secteurs à forte intensité en main-d’œuvre, qui nécessitent des travailleurs peu qualifiés. Les employés de secteurs tels que le transport, la logistique et la construction sont plus vulnérables à l’exploitation en raison du faible niveau d’éducation et de sensibilisation requis en matière de droits du travail et de traite des êtres humains. L’impact économique de la pandémie de COVID-19 a également renforcé certaines vulnérabilités. Les victimes acceptent, par exemple, un emploi dans des conditions de travail pouvant avoir des conséquences sur leur santé. Ces facteurs de dangerosité comprennent des environnements de travail surpeuplés, de faibles niveaux d’hygiène mais également l’absence de supervision sanitaire.

Les risques d’exploitation varient d’un secteur à l’autre. Les industries du transport emploient de nombreux ressortissants de pays tiers, exposés aux risques d’exploitation liés aux heures supplémentaires et aux salaires très réduits. Les inspections ont également visé l’exploitation des employées de maison, occupées 24 heures sur 24 aux soins de personnes ou d’animaux. Certains secteurs d’activité, tels que les salons de manucure, ont été liés à l’exploitation de victimes d’origine vietnamienne. Leur vulnérabilité est souvent accrue par la servitude pour dettes, liée à leur voyage jusqu’à l’Union européenne. De plus, les autorités se sont concentrées sur l’exploitation possible des migrants cherchant à obtenir le statut de réfugié au cours de leur procédure de demande d’asile. L’accent a également été mis sur les facilitateurs impliqués dans la traite des êtres humains, notamment par le biais de l’utilisation de documents falsifiés et frauduleux.

Europol a coordonné les journées d’action et a facilité l’échange d’informations entre les pays participants. Elle a également fourni son soutien analytique et opérationnel, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, et a simplifié l’échange de communications en temps réel entre les autorités participantes.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

800 criminels arrêtés au cours de l’opération de police la plus importante jamais menée contre la communication cryptée

Le FBI américain, la police nationale néerlandaise (Politie) et l’autorité de police suédoise (Polisen), en collaboration avec l’administration américaine de lutte contre les stupéfiants (DEA) et 16 autres pays ont réalisé, avec l’aide d’Europol, l’une des opérations de police les plus importantes et les plus élaborées jusqu’à présent, réalisée dans le cadre de la lutte contre les activités criminelles cryptées, une opération connue sous le nom de Greenlight/Trojan Shield.

Depuis 2019, le bureau fédéral d’enquêtes des États-Unis (FBI), en étroite coordination avec la police fédérale australienne, a développé de façon stratégique et exploité en secret une entreprise de dispositifs cryptés, appelée ANOM, qui a finalement desservi plus de 12 000 dispositifs cryptés pour plus de 300 groupes criminels opérant dans plus de 100 pays, y compris le crime organisé italien, les gangs de motards illégaux et les organisations internationales de trafic de stupéfiants.

L’objectif de la nouvelle plateforme était de cibler les organisations mondiales du crime organisé, du trafic de stupéfiants et du blanchiment d’argent, quel que soit leur lieu d’opération, et de leur fournir un dispositif crypté doté des fonctionnalités recherchées par les réseaux de criminalité organisée, telles que l’effacement à distance des mots de passe.

Le FBI et les 16 autres pays de la coalition internationale, avec le soutien d’Europol et en coordination avec l’administration américaine de lutte contre les stupéfiants, ont exploité les renseignements obtenus à partir des 27 millions de messages collectés et les ont examinés durant 18 mois pendant que les utilisateurs de l’ANOM discutaient de leurs activités criminelles.

Au cours des derniers jours, une série d’actions de grande envergure ont été menées dans 16 pays par l’intermédiaire de plus de 700 perquisitions, plus de 800 arrestations, et la saisie de plus de 8 tonnes de cocaïne, 22 tonnes de cannabis et de résine de cannabis, 2 tonnes de drogues synthétiques (amphétamine et méthamphétamine), 6 tonnes de précurseurs de drogues synthétiques, 250 armes à feu, 55 véhicules de luxe et plus de 48 millions de dollars dans diverses monnaies et cryptomonnaies du monde. De nombreuses opérations seront menées dans les prochaines semaines.

L’opération Trojan Shield/Greenlight permettra à Europol d’améliorer davantage l’image du renseignement sur le crime organisé au sein de l’UE grâce à la qualité des informations recueillies. Cette image renforcée du renseignement soutiendra les efforts continus visant à identifier des cibles criminelles à haute valeur opérationnelle au niveau mondial.

Les réseaux criminels ont une forte demande de plateformes de communication cryptées pour faciliter leurs activités. Toutefois, le marché des plateformes cryptées est considéré comme instable. En juillet 2020, la plateforme cryptée EncroChat a été démantelée par l’unité Operational Taskforce EMMA (France, Pays-Bas).

Cette opération a fourni des informations précieuses sur une quantité d’informations sans précédent échangées entre criminels. Après le retrait de Sky ECC en mars 2021, de nombreux réseaux criminels organisés ont cherché une substitution rapide et cryptée afin de disposer d’une plateforme de communication leur permettant de contourner la détection des forces de l’ordre.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Saisie de 45 millions d’euros d’héroïne en Roumanie

Cachée dans les conteneurs d’une entreprise légale de commerce de marbre exploitée par un grand réseau criminel, 1,5 tonne d’héroïne a été saisie dans le port de Constanța, en Roumanie.

La police roumaine (Poliția Română) a bénéficié du soutien d’Europol pour démanteler un groupe de crime organisé impliqué dans le trafic de drogues à grande échelle. Les autorités policières d’Autriche, de Belgique, de République tchèque, de France, d’Allemagne, de Hongrie, des Pays-Bas, de Slovaquie et de Slovénie ont également participé à cette opération.

L’opération de police a eu lieu les 19, 20 et 25 mai, avec les résultats suivants :

  • 12 perquisitions sur des lieux d’activité criminelle en Belgique, en Hongrie, aux Pays-Bas et en Roumanie ;
  • l’arrestation de 10 suspects dans trois pays : 7 en Belgique, 2 aux Pays-Bas et 1 en Roumanie ;
  • la saisie de 1452 kg d’héroïne, d’une valeur estimée à 45 millions d’euros ;
  • l’intervention de structures légales au sein de l’Union européenne qui servaient à dissimuler le trafic de drogues.

Le 10 mai 2021, les autorités roumaines ont trouvé et saisi 1452 kg d’héroïne, cachés dans deux conteneurs qui transportaient des plaques de marbre. La cargaison, en provenance du Moyen-Orient, avait atteint le port roumain de Constanța. Les 19 et 20 mai, les principaux suspects ont été arrêtés, grâce aux activités opérationnelles menées à la suite de la saisie et à la surveillance des livraisons de drogue. Un autre suspect a été arrêté par les autorités belges le 25 mai.

Cette opération est le résultat d’une enquête d’une durée d’un an. Cette enquête avait pour objectif de neutraliser un réseau criminel très actif impliqué dans le trafic de drogues à grande échelle. Une infrastructure commerciale et logistique complexe, mise en place par le chef du réseau criminel, permettait d’importer plus facilement de grandes quantités de drogue du lieu de production au marché de la distribution en Europe. Le chef du réseau organisait le flux de distribution et dissimulait le trafic illégal derrière le commerce légal via de nombreuses entreprises dans toute l’Union européenne.

Une coordination judiciaire et policière rapide, avec le soutien d’Europol et d’Eurojust, a permis de mener des actions opérationnelles conjointes dans l’ensemble de l’UE, impliquant 90 fonctionnaires en Roumanie. Europol a facilité l’échange d’informations et fourni son soutien analytique.

Le jour de l’opération, Europol a soutenu les activités sur le terrain par la création d’un poste de commandement virtuel. De plus, un expert a été envoyé en Roumanie pour permettre la vérification croisée des informations opérationnelles en temps réel. De son côté, Eurojust a facilité la coopération entre les autorités judiciaires, ce qui a permis une livraison contrôlée et une collecte des preuves.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Une opération internationale contre un grand laboratoire de cocaïne à Rotterdam

Un laboratoire de cocaïne à échelle industrielle a été découvert à Rotterdam, aux Pays-Bas, grâce aux informations obtenues via Encrochat, un réseau téléphonique crypté utilisé par les organisations criminelles.

La collaboration internationale de plusieurs agences a permis neuf arrestations, la saisie de plus de 3,4 millions d’euros en espèces et la fermeture d’un laboratoire de production de cocaïne de taille industrielle, dans le cadre de l’opération SR13.

La coopération entre la gendarmerie nationale française et la police néerlandaise (Politie) dans le cadre de l’enquête menée sur Encrochat a conduit à la découverte de ce laboratoire dans la ville de Rotterdam.

Selon les informations d’Europol et de la gendarmerie française, 80 agents de police néerlandais, accompagnés de leurs équipes d’intervention spéciales et de chiens spécialisés dans la recherche de stupéfiants, ont lancé une intervention à plusieurs adresses dans les villes de Rotterdam et de La Haye tôt dans la matinée du 26 mai. Le laboratoire clandestin de drogue était caché dans un bâtiment qui comptait également un garage utilisé par les criminels pour personnaliser des véhicules équipés de compartiments secrets afin de transporter la drogue à travers l’Europe. Au total, sept véhicules déjà équipés de ces compartiments ont été saisis sur place, ainsi qu’un véhicule d’une valeur d’environ 110 000 euros.

Le laboratoire de drogue et le garage étaient gérés par le même groupe criminel qui inondait l’Europe de cocaïne. L’un de ses membres, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen délivré par Eurojust, a été arrêté à Rotterdam.

Cette opération fait suite à une journée d’action menée par la gendarmerie française le 31 mars, à l’occasion de laquelle 450 de ses agents ont été déployés contre le même groupe criminel, ce qui a entraîné l’arrestation de huit membres du réseau. De plus, 5 millions d’euros de cocaïne ont été saisis dans la région de Marseille, ainsi que 3 millions d’euros de résine de cannabis et 3,4 millions d’euros en espèces. L’enquête a permis la saisie de cocaïne dans le laboratoire souterrain cette semaine aux Pays-Bas.

Soutien à Europol

Dans le cadre des activités de renseignement en cours avec ses homologues opérationnels, Europol a publié des informations intelligibles sur les activités de ce groupe criminel en Europe.

En novembre 2020, Europol a réuni les enquêteurs des deux pays, qui travaillent depuis en étroite collaboration, pour élaborer une stratégie commune visant à faire tomber l’ensemble du réseau. Les suspects ont été identifiés avec le soutien de l’opération EMMA 95/LEMONT 26, l’enquête menée par des Français et des Néerlandais contre le réseau Encrochat.

Depuis lors, Europol a fourni une analyse et un développement continu du renseignement pour soutenir les enquêteurs sur le terrain.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

La police intercepte plus de 250 immigrants vietnamiens en Allemagne

À l’aube du 31 mai de cette année, quelque 740 agents de police ont effectué des raids coordonnés en Allemagne et en Slovaquie contre des membres d’un groupe criminel qui faisait entrer des citoyens vietnamiens en Europe, et jusqu’à présent, trois criminels présumés ont été arrêtés.

La majeure partie des actions ont eu lieu en Allemagne, avec des perquisitions dans les villes de Hambourg, Schönefeld, Recklinghausen, Minden, Bückeburg, Halle, Bitterfeld-Wolften et Leipzig. D’autres perquisitions ont également été exécutées à Bratislava, en Slovaquie.

L’enquête a révélé que ce groupe de crime organisé était chargé de faciliter l’entrée en Allemagne de plus de 250 migrants clandestins d’origine vietnamienne, facturant à chaque migrant entre 13 000 et 21 000 euros pour le voyage.

Le réseau criminel a fourni aux migrants vietnamiens des visas Schengen valides délivrés pour de faux motifs via des invitations de diverses entreprises contrôlées par le réseau en Slovaquie.

Une fois les migrants arrivés en Europe, des voitures particulières fournies par le réseau devaient assurer leur transport en Allemagne. Cependant, une fois sur place, les migrants ont été privés de leurs objets personnels et détenus en captivité contre leur volonté jusqu’à ce que leurs dettes au réseau criminel soient payées par le biais d’emplois non rémunérés.

Cette opération a été menée dans le cadre d’un groupe opérationnel créé à Europol en novembre 2020 entre la police fédérale allemande (Bundespolizei), la police de la République slovaque (Policajný zbor Slovenskej republiky) et le Centre européen de lutte contre le trafic illicite de migrants (EMSC) d’Europol. Cette équipe opérationnelle se concentre spécifiquement sur les réseaux de crime organisé qui introduisent des ressortissants vietnamiens en Europe.

À propos du rôle d’Europol :

• Europol a réuni les enquêteurs nationaux des deux parties, qui ont ainsi travaillé ensemble à mettre en place une stratégie commune pour faire tomber ce réseau de contrebande de migrants.

• Depuis lors, Europol a fourni une analyse et un service de renseignement continu afin de soutenir les chercheurs sur le terrain.

• Europol a créé un poste de commandement virtuel le jour de l’action afin d’assurer une coordination adéquate entre toutes les autorités impliquées dans ces arrestations, et un spécialiste de son Centre européen de lutte contre le trafic illicite de migrants a déployé le centre de coordination en Allemagne pour faciliter la vérification croisée des informations opérationnelles.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Opération Trivium d’Europol : lutter contre le crime organisé et mobile

Du 13 au 16 avril 2021, dans le cadre de la dernière opération Trivium, les autorités policières de 17 pays ont entrepris des actions contre des groupes criminels organisés mobiles actifs dans toute l’Europe. Cette opération, coordonnée par les Pays-Bas avec le soutien d’Europol, faisait partie l’initiative de sécurité EMPACT.

L’un des objectifs de l’opération Trivium de cette année était de localiser les fugitifs parmi les condamnés pour des délits contre la propriété organisée. Les enquêtes au cours de l’opération ont permis de déterminer où se cachaient certains de ces individus.

Pendant l’opération Trivium XIV, 17 pays ont effectué des contrôles visant les groupes criminels mobiles qui utilisaient l’infrastructure routière de l’Union européenne.

Les actions coordonnées ont conduit :

  • à 228 arrestations ;
  • au contrôle de 70 000 personnes ;
  • au contrôle de 67 000 véhicules ;
  • à des saisies impliquant 88 véhicules, des substances illicites et d’importantes sommes d’argent liquide.

Au cours de l’opération, les autorités allemandes ont constaté qu’un individu classé comme suspect par les autorités danoises était lié à plusieurs vols de dispositifs GPS sur des machines agricoles. Lors du contrôle de son véhicule, la police allemande a découvert 30 unités de GPS de machines agricoles, environ 100 kg de bijoux en or, en argent et en ivoire, près de 50 nouveaux smartphones haut de gamme et 20 ordinateurs portables. Le suspect sera extradé vers le Danemark en vertu d’un mandat d’arrêt européen.

Le contrôle d’un véhicule sur le parking d’une autoroute par les autorités belges a entraîné la saisie de 380 kg de cuivre cachés dans une forêt voisine.

L’opération Trivium, lancée en 2013, consiste à croiser les approches de diverses forces policières dans le but de lutter contre le crime organisé. L’opération porte sur les réseaux criminels utilisant l’infrastructure routière de l’Union européenne pour commettre différentes infractions transfrontalières. Les actions conjointes, au moyen de contrôles de police, ont détecté des groupes criminels qui tentaient de passer sous le radar des autorités policières en restant mobiles et en changeant de mode opératoire.

Ces actions améliorent la sécurité routière et contribuent à renforcer la confiance et le sentiment de sécurité des différentes communautés locales.

* Pays participants : États membres de l’Union européenne : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Italie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie et Suède.

• État non communautaire : Albanie.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

La nouvelle loi sur la police et les manifestations en Angleterre et au pays de Galles

Le projet de loi sur la police en Angleterre et au pays de Galles, d’une ampleur considérable, comprend d’importantes propositions gouvernementales en matière de criminalité et de justice. Il inclut, entre autres, des changements dans le domaine des manifestations et des protestations.

À l’heure actuelle, si la police veut imposer des restrictions lors d’une manifestation, elle doit en général démontrer que celle-ci pourrait provoquer de graves troubles publics, des dommages matériels graves ou des perturbations graves de la vie de la communauté. La police peut également imposer des mesures spécifiques sur les itinéraires des marches de protestation. Pour les événements importants, ces détails sont généralement convenus par les organisateurs quelques semaines plus tôt.

Face aux critiques des députés, le Premier ministre du Royaume-Uni défend le projet de loi sur la police. En quoi cette loi changera-t-elle les pouvoirs de la police ? Les chefs de police pourront établir plus de conditions aux protestations statiques. Ils pourront imposer une heure de début et de fin, fixer des limites de bruit, etc. Si les manifestants refusent de suivre les instructions de la police sur la manière dont ils doivent mener leur manifestation, ils pourront recevoir une amende allant jusqu’à 2500 livres sterling.

La loi proposée inclut une infraction consistant à « causer des troubles publics de manière intentionnelle ou par imprudence ». Elle est conçue pour empêcher les personnes d’occuper des espaces publics, de s’accrocher aux ponts ou d’utiliser d’autres tactiques de protestation pour se faire remarquer. Une dernière mesure précise que les dommages causés aux monuments pourraient entraîner une peine allant jusqu’à dix ans de prison. Il convient d’ajouter que le Parti travailliste s’oppose aux mesures proposées.

Quelles sont les autres propositions de la nouvelle législation ?

  • Modifier les règles de condamnation afin que les criminels passent plus de temps en prison avant d’être libérés sous condition.
  • Permettre aux juges d’envisager des peines de prison à perpétuité pour les assassinats de mineurs.
  • En ce qui concerne le terrorisme, créer des pouvoirs pour surveiller de plus près les criminels qui sortent de prison.
  • Privilégier les peines de travail d’intérêt général pour les délits moins graves afin d’aborder les problèmes sous-jacents dans la vie des délinquants.
  • Modifier la loi sur les infractions sexuelles afin de cibler les adultes malveillants occupant des postes de confiance, comme les entraîneurs sportifs ou les responsables religieux.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Le projet « Police intelligente » est mis en place en Grèce

La police grecque disposera bientôt de nouveaux dispositifs qui lui permettront d’effectuer une reconnaissance faciale et une identification des empreintes digitales en temps réel, en dehors des locaux de police.

Le plan de déploiement de cette nouvelle technologie s’inscrit dans le cadre du projet « Police intelligente ». Annoncé en 2017, ce projet de 4,5 millions d’euros vise à permettre à la police d’identifier les citoyens et de vérifier leur identité lors de contrôles ou d’arrestations. La plupart des coûts du projet (75 %) sont couverts par le Fonds pour la sécurité intérieure (FSI) de la Commission européenne.

À l’heure actuelle, les citoyens qui ne sont pas en mesure de fournir de document d’identification lorsque la police les arrête dans les rues de Grèce doivent être transférés au poste de police le plus proche pour vérifier leur identité. Les nouveaux dispositifs permettront de gagner du temps en ce qui concerne l’identification des citoyens, puisqu’elle se fera en temps réel.

L’objectif de la police grecque est d’effectuer des vérifications en temps réel concernant les personnes, les véhicules et les objets. Cela améliorera la sécurité des agents de police, réduira les inconvénients pour les citoyens et permettra d’économiser des ressources humaines et matérielles.

La police grecque distribuera initialement au moins 1 000 dispositifs électroniques, avec la possibilité d’en livrer 9 000 autres cet été, si le système s’avère efficace.

Les dispositifs, similaires à des smartphones, sont connectés à 20 bases de données différentes appartenant à des autorités nationales et internationales, telles que le ministère des Transports et le ministère des Affaires étrangères de Grèce, Europol, le FBI et Interpol.

En mars 2020, Homo Digitalis, une organisation à but non lucratif de défense des droits numériques en Grèce, a soumis une demande à l’Autorité grecque de protection des données (APD) pour exprimer ses inquiétudes quant à la légalité du projet « Police intelligente ».

Homo Digitalis a fait valoir qu’il est très probable que la police grecque enfreigne les lois de l’Union européenne relatives au traitement des données à caractère personnel prévues dans la Constitution grecque, les lois nationales liées au Règlement général sur la protection des données (RGPD) et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

La France va ouvrir une consultation sur la réforme des forces de l’ordre

Le président français, Emmanuel Macron, s’apprête à lancer une grande consultation nationale dans le but d’obtenir l’opinion des citoyens, des syndicats, des politiques et des experts extérieurs sur une future réforme de la police et de la gendarmerie.

La réforme viserait, entre autres, à améliorer les conditions de travail des forces de l’ordre, renforcer la sécurité intérieure et restaurer la confiance détériorée entre agents et citoyens.

En pleine polémique sur le racisme et la violence de la police, et face aux critiques sévères sur la loi Sécurité globale, Macron a promis aux citoyens une grande consultation nationale sur la réforme de la police et la gendarmerie, à laquelle participeront syndicats de police, ministres, politiques et experts internationaux. Cette consultation, qui durera jusqu’en mai, devrait poser les bases d’une future loi de programmation de la sécurité intérieure pour 2022.

La consultation durera environ quatre mois et abordera notamment le rapport entre la police et les citoyens, la formation des agents, les relations entre la police et la justice, le maintien de l’ordre, l’enregistrement de vidéos lors d’interventions policières, la réforme de l’IGPN et l’amélioration des moyens matériels et humains.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ne pense pas qu’il existe un fossé entre la police et les Français, comme l’affirment certains analystes et politiques. Il espère que la réforme permettra de traiter ce qu’il a appelé les « sept péchés capitaux » de la police. Parmi ces « péchés », on relève la durée insuffisante de la formation initiale et continue des policiers et gendarmes français : huit mois, contre trois ans au Danemark. En outre, de nombreux policiers débutants sont d’abord affectés dans les quartiers les plus conflictuels des grandes villes, sans être correctement formés à cette fin, et ne reçoivent pas de soutien ni de moyens suffisants de la part de leurs supérieurs.

Une réforme en profondeur de l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN), l’équivalent des affaires intérieures dans d’autres pays, devrait également être entreprise. La « police des polices » est souvent accusée d’opacité et de manque d’indépendance, ce qui contribue à la présence d’un sentiment d’impunité pour les crimes commis par des agents.

Les Français sont divisés en ce qui concerne les violences policières. 42 % considèrent que ces accusations correspondent à la réalité, alors que le même pourcentage estime qu’il s’agit de faits marginaux ou inexistants. Il en va de même pour les plaintes concernant le racisme policier. 43 % pensent qu’il s’agit de faits isolés et 39 % pensent que le racisme existe au sein des forces de l’ordre.

Les policiers, pour leur part, se plaignent des faibles salaires, de la surcharge de travail, du manque de moyens et de la vague de suicides dans la police. Les agents, en alerte permanente depuis les attaques islamistes récurrentes de 2015, sont devenus la cible de manifestants violents, comme l’ont illustré les protestations des « gilets jaunes » ou d’autres, plus récemment. En 2020, 11 agents des forces de l’ordre ont perdu la vie en service et 8 700 policiers et gendarmes ont été blessés, selon des données officielles.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English