Le système intégral de sécurité publique dans la ville de Buenos Aires

361.- baixaDepuis 2017, la ville de Buenos Aires applique le système intégral de sécurité publique, un plan complet qui comprend divers aspects, tels que la formation de la nouvelle police municipale, le renforcement de l’intégration sociale, la participation citoyenne, etc.

Le système intégral de sécurité publique permet de coordonner plus de 32 000 agents de la police municipale, des pompiers, des services d’urgence, du SAME (système de soins médicaux d’urgence), de la protection civile, etc., qui travaillent de façon unifiée. Parmi ces 32 000 agents, 24 869 font partie de la police municipale, résultat de la fusion de la police métropolitaine et de la police fédérale argentine.

Environ 1 000 civils ont également été affectés à des commissariats pour effectuer des tâches administratives. Cela a permis de fournir un nombre équivalent de policiers pour les missions sur le terrain. Ces policiers participent à un nouveau déploiement territorial, avec un système d’arrêts fixes et de patrouilles de police basé sur un logiciel qui intègre la densité de la population, les déplacements des personnes et la carte de la criminalité.

Concernant la technologie, le système intégral de sécurité publique présente une innovation dans tous les domaines :

  • Utilisation de 25 000 terminaux de téléphonie mobile. Interdiction, en parallèle, d’utiliser des téléphones privés ou d’autres dispositifs électroniques afin d’éviter toute distraction.
  • Les portables sont équipés de GPS pour systématiquement géolocaliser les véhicules d’urgence et enregistrer les itinéraires qu’ils empruntent.
  • Existence d’un anneau numérique qui contrôle 73 entrées et sorties de la ville avec des caméras de lecture qui identifient les véhicules qui entrent et sortent.
  • Pour lutter contre les violences faites aux femmes, on utilise des boutons antipanique et des bracelets électroniques « Femmes en sécurité ».
  • Système intégral de vidéosurveillance qui centralise toutes les caméras de la ville. Aujourd’hui, il y a plus de 10 000 caméras installées dans les rues et 4 000 dans les moyens de transports. Parmi les caméras installées dans les rues, 300 comprennent un système de reconnaissance faciale pour les fugitifs.
  • Système centralisé de réception des appels avec une salle pour le numéro d’urgence 911 et un centre unique de coordination et de contrôle.
  • Utilisation de méthodes d’analyse de la criminalité pour mieux y faire face, comme la carte de la criminalité, qui sert à collecter, traiter et analyser les données sur les comportements criminels dans la ville.
  • Application d’un système de plainte unique prévu pour permettre des vidéoconférences à partir de tous les commissariats.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

L’impact du COVID-19 sur les marchés de la drogue en Europe

360.- baixaÀ la fin de l’année 2019, l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) et Europol ont publié un document d’analyse de l’activité sur les marchés de la drogue dans l’Union européenne.

À ce moment-là, personne n’aurait pu prévoir les changements drastiques qu’entraînerait la pandémie de COVID-19, la manière dont elle affecterait notre vie quotidienne, ni son impact considérable sur les marchés de la drogue. Il était essentiel d’examiner l’étendue et la nature de cet impact pour identifier d’éventuels éléments qui devraient faire l’objet de recherches plus approfondies.

Cette analyse des marchés de la drogue dans l’Union européenne vise à améliorer la compréhension des événements en cours et de leur impact sur la sécurité intérieure et la santé publique au sein de l’Union européenne. Ainsi, l’objectif est d’informer les institutions européennes et les partenaires des États membres, une étape indispensable à la formulation de réponses efficaces.

Les restrictions sur les voyages à l’échelle mondiale et d’autres mesures résultant de la pandémie de COVID-19 ont eu pour impact une perturbation temporaire des marchés de la drogue, certaines substances se faisant plus rares et plus chères. Elles ont aussi eu d’autres conséquences :

  • Du fait des mesures de distanciation sociale, c’est au niveau de la distribution que la perturbation de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique du trafic de drogue en Europe se remarque le plus.
  • Les mouvements de grandes quantités de drogues entre les États membres de l’Union européenne se sont poursuivis, malgré l’introduction de contrôles aux frontières, en raison du maintien du transport commercial de marchandises dans toute l’Union.
  • En ce qui concerne la cocaïne, il existe peu de preuves d’une perturbation de l’activité d’importation en gros ; cependant, les experts de certains pays signalent une augmentation des prix et une diminution de la pureté du produit destiné à la consommation, ce qui indique des pénuries d’approvisionnement localisées.
  • Les groupes de crime organisé restent vigilants et ajustent leur mode opératoire à la situation actuelle en exploitant des canaux de communication sécurisés et en s’adaptant aux modes de transport, aux itinéraires de trafic et aux méthodes de dissimulation.
  • L’instabilité actuelle crée un environnement de plus en plus volatil pour les entreprises criminelles tout au long de la chaîne d’approvisionnement en Europe et semble avoir conduit à une augmentation des violences parmi les distributeurs de niveau moyen.
  • On remarque qu’il y a plus de livraisons à domicile et moins de ventes en personne. L’option de l’argent liquide comme moyen de paiement semble se développer pour les transactions individuelles.
  • La pénurie de résine de cannabis a entraîné une augmentation des prix de vente au détail.
  • Le trafic d’héroïne reste présent sur beaucoup des itinéraires connus. Dans certaines régions, la disponibilité de l’héroïne a diminué, mais cela varie notamment en fonction des réglementations nationales de confinement et des restrictions de circulation. Des prix plus élevés ont également été signalés à certains endroits.
  • Le trafic de cocaïne par conteneurs maritimes se maintient à des niveaux comparables, voire supérieurs à ceux de 2019.
  • La production de drogues de synthèse se poursuit dans les principales zones européennes de production aux Pays-Bas et en Belgique, comme en témoigne le nombre de laboratoires illicites démantelés. Cependant, en Europe et dans le monde, la demande de drogues de synthèse consommées dans des environnements récréatifs, en particulier la MDMA, semble avoir baissé à court terme en raison de la fermeture de locaux et de l’annulation de festivals.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Le nombre de détenus aux États-Unis a diminué en 2018

359.- imagesPendant l’année 2018, la population carcérale aux États-Unis est passée de 1 489 200 à 1 465 200 détenus, ce qui correspond à 24 000 personnes incarcérées en moins, soit une diminution de 1,6 %. On observe une baisse de 1,7 % chez les hommes, avec 1 354 313 détenus, et de 0,5 % chez les femmes, avec 110 845 détenues.

En 2018, la proportion de personnes incarcérées condamnées aux États-Unis était de 431 pour 100 000 habitants, en tenant compte des détenus dans les prisons fédérales et les prisons d’État. C’est le taux le plus bas depuis 1996. Il s’élevait alors à 427 personnes incarcérées pour 100 000 habitants.

Au cours des dix dernières années, ce chiffre a baissé de 15 % aux États-Unis, passant de 506 détenus condamnés pour 100 000 habitants en 2008 à 431 détenus condamnés pour 100 000 habitants en 2018.

En ce qui concerne l’évolution des données d’incarcération par groupe ethnique entre 2008 et 2018, on constate une diminution de 28 % de la proportion d’habitants noirs incarcérés, de 21 % de la proportion d’habitants hispaniques incarcérés et de 13 % de la proportion d’habitants blancs incarcérés. De plus, le taux d’incarcération chez les hommes noirs en 2018 était le plus bas depuis 1989. Il convient toutefois de noter que le taux d’incarcération chez les hommes noirs en 2018 équivalait à 5,8 fois le taux d’incarcération chez les hommes blancs, tandis que le taux d’incarcération chez les femmes noires représentait 1,8 fois le taux d’incarcération chez les femmes blanches.

Par ailleurs, en 2018, 22 États en tout affichaient un taux d’emprisonnement supérieur à la moyenne des États-Unis. L’État présentant le plus haut taux était la Louisiane, avec 695 détenus condamnés pour 100 000 habitants. Viennent ensuite l’Oklahoma, avec 693 détenus pour 100 000 habitants, et le Mississipi, avec 626 détenus pour 100 000 habitants. À l’opposé, on trouve des États tels que le Minnesota, le Maine, le Massachusetts, le Rhode Island ou le Vermont, avec des chiffres inférieurs à 200 détenus condamnés pour 100 000 habitants.

Sur l’ensemble des personnes incarcérées aux États-Unis en 2018, on trouve 7,7 % de citoyens étrangers. Un pourcentage parallèle à la part de la population étrangère présente dans le pays, 6,9 % selon le bureau de recensement des États-Unis. En ce qui concerne l’âge, 3 % des détenus sont âgés de plus de 64 ans.

Il convient de mentionner que parmi les militaires en prison qui ont servi dans les forces aériennes ou la marine de guerre des États-Unis, près de 75 % ont été incarcérés pour des délits de nature sexuelle. 45 % de ces derniers ont été condamnés pour des délits sexuels avec violences.

Si l’on s’intéresse aux causes de l’incarcération par appartenance ethnique, on remarque que 61 % des membres des communautés hispaniques et noires incarcérés et 48 % des détenus blancs purgent une peine de prison pour délit avec violences. Ainsi, 23 % des détenus blancs ont été condamnés pour atteinte à la propriété, tandis que ce pourcentage s’élève à 13 % chez les détenus hispaniques et noirs. 15 % des détenus ont été incarcérés pour des délits portant atteinte à la santé publique, avec 4 % pour possession de drogue, avec des chiffres allant de 13 % des détenus noirs à 16 % des détenus blancs.

Enfin, 67 % des admissions de prisonniers condamnés en 2018 étaient de nouvelles admissions, tandis qu’environ 30 % étaient dues à des violations de la surveillance post-carcérale. Les 3 % restants sont dus à divers facteurs, tels que la récidive.

https://www.bjs.gov

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Femmes et crime organisé en Amérique latine

358.- baixaLe crime organisé est l’un des principaux défis auxquels l’Amérique latine est confrontée. C’est ainsi que l’exprime l’étude Mujeres y crimen organizado en América Latina: más que víctimas o victimarias (« Femmes et crime organisé en Amérique latine : plus que des victimes ou des bourreaux ») de l’Observatorio Colombiano de Crimen Organizado.

En effet, les niveaux élevés de violence dans la région sont particulièrement alarmants. Depuis les années 90, l’ouverture des économies, la faiblesse institutionnelle des États et d’autres facteurs sociaux tels que la pauvreté et les inégalités ont favorisé la croissance d’activités transnationales telles que le trafic de drogue, le trafic d’armes et le trafic de migrants. De cette manière, l’Amérique latine est devenue la région du monde où les actes criminels se sont le plus développés.

Les hommes ont toujours dominé le secteur des activités illégales, ces dernières étant généralement considérées comme « une affaire d’hommes ». La participation des femmes au crime organisé n’a été que très peu analysée dans les études universitaires et le débat public.

En raison du manque d’informations et de chiffres, la recherche sur ce sujet est limitée, même si elle a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie. L’invisibilité relative des femmes dans les débats sur le crime organisé est également due au fait qu’elles sont généralement vues comme une annexe de leurs partenaires masculins au sein des structures criminelles, par exemple en tant qu’amantes ou objets sexuels. Les stéréotypes selon lesquels les femmes sont dépendantes et faibles renforcent l’idée qu’elles ne peuvent pas prendre de décisions indépendantes en matière d’activités illégales.

La participation des femmes aux structures du crime organisé n’est pas uniforme. Les différents rôles joués par les femmes dans les activités criminelles permettent de distinguer différents types de participation qui forment un éventail : de subordonnées et victimes à protagonistes, leaders et bourreaux dans certains cas.

Malgré le manque de preuves empiriques systématiques concernant la participation des femmes au crime organisé, cette recherche permet de formuler quelques recommandations pour la prévention et la prise en charge des populations touchées :

  • renforcer les systèmes d’informations statistiques sur le crime organisé et la participation des femmes à différentes activités criminelles en tant que victimes et bourreaux ;
  • élaborer des stratégies de différenciation qui montrent la nature propre de la participation des femmes à l’économie du crime organisé ;
  • comprendre les facteurs qui poussent les femmes à participer à des activités illégales à des fins préventives ;
  • créer des cartes illustrant les différents rôles des femmes dans le crime organisé, y compris d’autres activités illégales telles que la contrebande et l’extorsion ;
  • promouvoir l’émancipation des femmes au moyen d’initiatives collectives qui visent à donner des opportunités aux femmes les plus susceptibles de tomber dans le crime organisé ;
  • renforcer les synergies de travail entre les gouvernements locaux, régionaux et nationaux des pays d’Amérique latine afin de fournir une assistance aux victimes du crime organisé;
  • encourager les autorités de police et de justice d’Amérique latine à adopter une approche sexospécifique dans leurs enquêtes ;
  • renforcer les liens entre les institutions sociales, économiques et éducatives afin d’encourager les femmes spécialisées dans la logistique à passer de l’illégalité à la légalité.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

 

 

 

 

Faites bien attention à la carte SIM de votre téléphone portable !

357.- baixaComment les délinquants volent-ils des milliers d’euros en s’attaquant à des numéros de téléphone ? Votre téléphone portable perd son signal et ne sonne plus lorsque l’on vous appelle. Vous essayez de vous connecter à votre compte bancaire mais le mot de passe ne fonctionne pas. Malheureusement, vous êtes victime d’une arnaque à la carte SIM et votre numéro de téléphone est désormais contrôlé par un délinquant.

Lors d’une arnaque à la carte SIM, le fraudeur se fait passer pour sa victime et demande une nouvelle carte SIM à son opérateur de façon à recevoir tous les appels entrants et SMS envoyés au numéro de téléphone de la victime, y compris les mots de passe qui lui permettent d’accéder à son compte bancaire.

L’arnaqueur peut effectuer des transactions en utilisant des méthodes telles que des logiciels malveillants, et lorsque la banque envoie un mot de passe par SMS, le fraudeur le reçoit et autorise la transaction.

Plusieurs polices de l’Union européenne (Autriche, Espagne et Roumanie) ont mené des opérations avec ce dénominateur commun, considéré par les autorités comme une menace croissante. En Espagne, un groupe de 12 individus de nationalité italienne, roumaine, colombienne et espagnole qui avaient réussi à voler 137 000 € sur les comptes bancaires de plusieurs victimes ont été arrêtés en coordination avec Europol et le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3).

Leur mode opératoire n’est pas très complexe, mais s’est avéré efficace. Les délinquants ont obtenu les mots de passe des comptes bancaires en ligne de leurs victimes en utilisant des méthodes de piratage telles que des chevaux de Troie bancaires ou d’autres types de logiciels malveillants.

Si vous ne voulez pas être la prochaine victime, voici quelques conseils :

  • maintenez les logiciels de tous vos appareils à jour ;
  • ne cliquez pas sur les liens et ne téléchargez pas les pièces jointes d’e-mails que vous n’attendiez pas ;
  • ne répondez pas aux e-mails suspects;
  • limitez la quantité de données à caractère personnel que vous partagez en ligne ;
  • utilisez l’authentification à deux facteurs pour accéder à vos services en ligne plutôt que de vous envoyer un code d’authentification par SMS ;
  • si possible, n’associez pas votre numéro de téléphone à des comptes en ligne délicats ;
  • configurez votre code PIN afin de limiter l’accès à votre carte SIM et ne partagez ce code PIN avec personne d’autre.

Si votre téléphone perd son signal soudainement, sans raison apparente :

  • informez votre fournisseur de services de votre situation ;
  • si vous remarquez des transactions suspectes sur votre compte bancaire, contactez votre banque ;
  • changez immédiatement tous les mots de passe de vos comptes en ligne ;
  • gardez toutes les preuves au cas où vous auriez à contacter la police.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Une situation complexe dans les prisons argentines

356.- baixaS’intéresser au système carcéral argentin, c’est aborder est un univers très complexe, mais les chiffres des dernières statistiques officielles de janvier 2019 révèlent une dure réalité : 103 000 détenus dans 308 établissements pénitentiaires.

La massification est la principale caractéristique et la principale préoccupation des établissements pénitentiaires argentins. La courbe d’augmentation est en forte hausse depuis 2007 et dépasse le taux de criminalité. Actuellement, le taux d’incarcération est trois fois plus élevé que le taux de criminalité.

L’augmentation de la population carcérale est due à de multiples facteurs : un durcissement du droit pénal, des discours officiels au ton répressif, des revendications à caractère social, une influence des médias, etc.

En outre, près de la moitié de ces 103 000 personnes incarcérées se trouvent en détention préventive, sans qu’un procès ait eu lieu pour déterminer leur culpabilité. Un autre aspect décisif serait l’emprisonnement sans distinctions décrété quotidiennement par les juges, mais aussi la non-libération de personnes qui pourraient être placées sous un régime différent du régime carcéral.

La surpopulation carcérale entraîne une saturation, des épisodes de violence entre les détenus ou entre ces derniers et les surveillants de prison, la détérioration des installations en raison d’une utilisation intensive, et un accès aux droits fondamentaux et essentiels de plus en plus difficile (alimentation, santé, éducation, etc.). Évidemment, plus il y a de détenus, plus il est difficile d’accéder aux faibles ressources du système.

Toutefois, des signes pertinents de changement se profilent à l’horizon. Il convient de mentionner d’abord l’ouverture et la transparence. Il y a vingt ans, les prisons étaient des établissements totalement opaques. Aujourd’hui, ce sont des espaces où circulent constamment des personnes du monde extérieur et des organisations de toute sorte, qui se rendent dans les établissements avec de multiples propositions : culturelles, éducatives, professionnelles, religieuses, sportives, etc. L’opinion publique est au courant du positif et du négatif.

En ce qui concerne le domaine professionnel, on constate l’émergence progressive de quelques expériences d’autogestion où les détenus s’organisent pour commercialiser leurs produits hors de l’établissement pénitentiaire.

Cependant, ces timides initiatives ne correspondent pas à une vision authentique de la réalité des prisons argentines, car il est très difficile d’accéder à ces droits dans un cadre carcéral. Et pourtant, la situation des personnes non incarcérées est également difficile.

Il convient également de mentionner le rôle des surveillants de prison. Ils sont précédés par une triste histoire d’abus et de violences. Un renouvellement générationnel chez les surveillants est actuellement cours, ainsi que l’incorporation des femmes dans cet environnement historiquement masculin.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

 

Le nombre de consommateurs de drogue augmentera de 150 % en Afrique subsaharienne

355.- baixaLa nouvelle enquête de l’ENACT [1] est à ce jour la plus complète jamais menée sur le trafic de drogue, les modes de consommation et les politiques en matière de drogue en Afrique.

Selon les études de l’ENACT sur la criminalité transnationale organisée, les politiques inefficaces en matière de drogue, nourries par la corruption et le crime organisé, ne font qu’aggraver une crise de la drogue en plein développement en Afrique.

La consommation de drogues illicites en Afrique, y compris l’usage non médical d’opioïdes délivrés sur ordonnance, représente une menace pour le développement et, d’après les prévisions, deviendra bientôt un problème urgent de santé publique.

L’Afrique subsaharienne connaîtra la plus forte augmentation au monde du nombre de consommateurs de drogue au cours des 30 prochaines années, et sa part dans la consommation mondiale de drogue sera multipliée par deux.

Les prisons sont surpeuplées et beaucoup parmi les jeunes générations se voient condamnés pour des délits de faible gravité. Les marchés continentaux de la drogue continuent de se développer, même si les cultures illicites sont détruites, les laboratoires de drogue démantelés et les cargaisons de drogue confisquées.

La drogue est devenue une source de revenus pour les organisations terroristes et les groupes de crime organisé, mais les forces de police africaines n’ont pas les capacités institutionnelles, technologiques et financières suffisantes pour freiner de manière significative le développement des marchés du trafic de drogue.

Les chercheurs estiment que le nombre de consommateurs de drogue en Afrique subsaharienne augmentera de près de 150 % au cours des trois prochaines décennies. On prévoit que d’ici à 2050, 14 millions d’Africains en plus consommeront des drogues illicites, pour un total de 23 millions de consommateurs en Afrique subsaharienne.

Le rôle de plaque tournante mondiale du trafic de drogues illicites de l’Afrique de l’Ouest s’est intensifié, en particulier pour la cocaïne, et une économie illégale s’y est développée autour de la production et de la distribution de méthamphétamine.

Le phénomène des drogues dures en Afrique contribue à l’augmentation de la production mondiale de cocaïne et d’héroïne, au point d’atteindre des niveaux qui, selon le Rapport mondial sur les drogues de 2018, sont les plus hauts jamais enregistrés. Parmi les autres moteurs de la croissance du commerce et de la consommation de drogue, on trouve l’urbanisation croissante, le développement des infrastructures et des voies de transport, une population jeune en rapide augmentation, ainsi qu’une situation sociale et économique difficile pour des millions de personnes.

Les chercheurs ont fait plusieurs recommandations aux responsables des politiques de l’Union africaine. Une réponse efficace à cette crise dans le contexte africain doit comporter des efforts de réduction de la production, du trafic de drogue et de la demande, mais aussi une plus grande prise en charge médicale pour le traitement et la guérison des consommateurs de drogue.

Toutes les régions doivent renforcer les mécanismes transfrontaliers mis en œuvre par la législation afin de freiner l’offre et la production de drogues illicites, en ciblant les trafiquants plutôt que les consommateurs. Le détournement d’opioïdes pharmaceutiques des circuits légaux doit également être endigué.

[1] L’ENACT est financé par l’Union européenne. Le projet vise à réunir des connaissances et des compétences pour améliorer la réponse de l’Afrique à la criminalité transnationale organisée. Il analyse la manière dont la criminalité organisée affecte la stabilité, la gouvernance, l’État de droit et le développement en Afrique, et s’efforce d’en atténuer les effets. L’ENACT est formé par l’Institut d’études de sécurité et INTERPOL, dans le cadre de l’Initiative mondiale contre le crime transnational organisé.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

 

Les conséquences du coronavirus sur le crime organisé en Amérique latine

354.- imagesLes groupes criminels d’Amérique latine ont été contraints de faire différents types de changements internes en raison de la pandémie de coronavirus. Des changements dus à leur volonté de maintenir leurs activités illégales malgré les désagréments : trafic de drogue et de biens, extorsion, contrôle migratoire aux frontières. Des activités qui sont devenues plus difficiles à mener en raison de l’augmentation des contrôles de police et du manque d’activité humaine.

La situation résultant de la pandémie de coronavirus a amené le crime organisé à explorer d’autres horizons, tels que la cybercriminalité et le vol d’équipement médical. Parmi les dynamiques adoptées par les groupes de crime organisé en Amérique latine, on trouve :

Plus de capital social pour les délinquants. Des situations telles que celles créées par les gangs MS13 et Barrio18 au Salvador ou le cartel de Jalisco au Mexique, où les criminels ont remplacé l’État. Le confinement leur a permis d’asseoir leur contrôle, de gagner la confiance des citoyens et de renforcer leur soutien.

Émergence de nouveaux marchés noirs pour l’équipement médical et les médicaments. Plusieurs pays du continent subissent les conséquences d’un marché noir de médicaments actif, et avec la pandémie, les vols d’équipement médical (masques, désinfectants pour les mains ou même kits de dépistage du coronavirus) ont augmenté.

Le manque de contrôle au niveau de la chaîne d’approvisionnement dans le domaine médical facilite le vol de produits.

Augmentation de la corruption. Les systèmes de santé sont la cible de la corruption depuis des années. La situation actuelle incite les fonctionnaires corrompus à profiter de la pandémie pour se remplir les poches.

Augmentation de la cybercriminalité. Les délinquants et les hackers profiteraient de l’augmentation de l’activité en ligne des citoyens, des entreprises et des organismes gouvernementaux. Les trois principaux pays d’Amérique latine en termes de création de logiciels malveillants et de lancement de cyberattaques seraient le Brésil, le Mexique et la Colombie.

Le blanchiment d’argent par le biais des cryptomonnaies a également augmenté.

Diminution de la traite des êtres humains. Le renforcement des contrôles aux frontières depuis l’arrivée de la pandémie en Amérique latine a entraîné une diminution de cette activité pour les groupes de crime organisé. D’autre part, les prix pratiqués par les « coyotes », le nom donné aux trafiquants d’êtres humains, ont augmenté à mesure que les conditions de franchissement des frontières sont devenues plus strictes. Il n’est pas prévu que ces frais diminuent sur le court terme.

Moins de substances illicites et à des prix plus élevés. Les gangs de narcotrafiquants doivent faire face aux restrictions de transport et à l’augmentation des patrouilles visant à faire respecter la quarantaine. De plus, étant donné que de nombreuses frontières ont été fermées et que la police contrôle les véhicules, il est plus difficile pour les trafiquants de déplacer leurs produits.

Cette situation a entraîné la hausse des prix des substances illicites, même dans les villes des États-Unis.

Inicio

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Les ventes d’armes aux États-Unis montent en flèche en raison de la COVID-19

353.- baixaL’arrivée de la pandémie de coronavirus aux États-Unis a entraîné une augmentation de la vente d’armes en tout genre. Des files d’attente ont même été observées à l’entrée de certaines boutiques d’armes[1]. En effet, de nombreux acheteurs ont exprimé leur besoin de se sentir en sécurité en confinement, certains étant seuls chez eux pendant cette période. La demande d’armes a été très peu spécifique. Les clients demandent presque n’importe quel type d’arme pour se défendre, ce qui n’est pas quelque chose d’habituel, car les acheteurs ont normalement une arme spécifique à l’esprit.

Dès le début de la pandémie aux États-Unis, des cas de décès par arme à feu ont été constatés, soit par suicide, soit pour des raisons liées aux règles de distanciation sociale mises en place pour freiner le coronavirus. Par exemple, à Détroit, des individus armés ont manifesté contre l’obligation de rester chez soi et la fermeture des boutiques d’armes[2].

La grande majorité des gouverneurs, confrontés à la nécessité de réglementer les activités commerciales, ont considéré les boutiques d’armes comme des distributeurs de produits de première nécessité, leur permettant ainsi de poursuivre leurs activités en toute normalité[3]. Dans cinq États seulement, les armes n’ont pas été considérées comme des produits de première nécessité et les boutiques d’armes ont été contraintes de fermer : New York, Nouveau-Mexique, Washington, Massachusetts et Michigan. Les vendeurs titulaires d’une licence fédérale peuvent même vendre leurs armes dans la rue et permettre à leurs clients de les acheter depuis leur voiture afin de respecter les règles en matière de distanciation sociale. Il convient de noter que dans l’État de Virginie, une loi limitant la vente et la possession d’armes à feu a récemment été adoptée[4], bien que la fermeture des boutiques d’armes ne soit pas obligatoire.

La National Rifle Association, qui n’est pas dans son meilleur moment sur le plan économique (en partie en raison de conflits internes qui lui ont coûté cher) et qui avait licencié des employés juste avant l’arrivée de la pandémie, lutte activement contre les gouverneurs qui ont forcé la fermeture des boutiques d’armes. L’association est allée jusqu’à poursuivre les gouverneurs du Nouveau-Mexique et du Massachusetts en justice.

Les recherches sont extrêmement claires à cet égard :

  • il est plus probable qu’une personne soit blessée en menaçant son agresseur avec une arme à feu qu’en s’enfuyant ou en appelant la police ;
  • la présence d’une arme dans un foyer augmente les risques que ses occupants soient blessés ou tués ;
  • seulement un homicide par arme à feu sur 40 est justifié en tant qu’acte de légitime défense ;
  • plus d’armes en circulation signifie plus de tirs accidentels et plus d’homicides.

Par conséquent, il semble évident que l’augmentation du nombre d’armes dans les foyers pendant le confinement peut rendre très dangereux tout conflit domestique éventuel. Comme l’a expliqué clairement la journaliste Melinda Wenner Moyer dans un article publié récemment : « Plus nous possédons d’armes et plus elles sont près de nous, plus nous serons dangereux pendant la pandémie »[5]. En revanche, seuls quelques gouverneurs ont osé s’attaquer aux possibles répercussions de la fermeture des établissements de vente d’armes, face à une opinion publique qui considère la possession d’armes comme un droit fondamental.

[1] https://www.thetrace.org/2020/04/the-coronavirus-has-gun-sales-soaring-his-fear-is-selling-to-the-wrong-person/

[2] https://www.thetrace.org/rounds/daily-bulletin-armed-protesters-stay-at-home-order-michigan/

[3] https://www.thetrace.org/2020/03/coronavirus-gun-store-closures-state-map/

[4] https://www.thetrace.org/2020/01/virginia-lawmakers-advance-historic-gun-reform-package-heres-what-it-means/

[5] https://www.thetrace.org/2020/04/gun-safety-research-coronavirus-gun-sales/

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English