Europol: le marché de la cocaïne devient de plus en plus violent

La diversification croissante de l’approvisionnement en cocaïne à la source a entraîné une augmentation de la violence, selon le dernier rapport sur la cocaïne d’Europol-UNODC.

Le trafic de cocaïne en Europe aujourd’hui serait principalement caractérisé par un degré de violence plus élevé, ainsi qu’un marché plus diversifié et plus concurrentiel. Ce rapport décrit la nouvelle dynamique du marché de la cocaïne et conclut qu’il représente clairement une menace pour la sécurité européenne et mondiale.

Le rapport a été publié dans le cadre du programme de travail CRIMJUST, Renforcer la coopération en matière de justice pénale le long des routes de la drogue, au titre du Programme des flux illicites globaux de l’UE.

La fragmentation du paysage criminel dans les pays sources a créé de nouvelles opportunités pour les réseaux criminels européens de recevoir un approvisionnement direct en cocaïne, supprimant ainsi les intermédiaires. Cette nouvelle concurrence sur le marché a conduit à une augmentation de l’offre de cocaïne et, par conséquent, à une violence accrue, une tendance mentionnée dans l’évaluation de la menace que représente la grande criminalité organisée dans l’Union européenne en 2021 d’Europol. Par exemple, les réseaux criminels des Balkans occidentaux ont établi des contacts directs avec les producteurs et ont acquis une place prépondérante dans l’approvisionnement en gros de la cocaïne.

Le rapport souligne l’importance de l’intervention à la source, car ce marché est fortement tributaire de la chaîne d’approvisionnement. Le fait de renforcer la coopération et d’intensifier l’échange d’informations entre les autorités policières améliorerait l’efficacité des enquêtes et la détection des cargaisons.

Le rapport insiste sur l’importance des enquêtes sur le blanchiment d’argent pour retracer les profits illégaux et la confiscation des produits illicites liés aux activités criminelles. Ces enquêtes financières sont au cœur de la lutte contre le trafic de cocaïne et permettent de s’assurer que les activités criminelles ne génèrent pas de profits.

Julia Viedma, cheffe de service du Centre opérationnel et d’analyse d’Europol, considère le trafic de cocaïne comme l’un des principaux problèmes de sécurité auxquels l’UE est actuellement confrontée. Près de 40 % des groupes criminels actifs en Europe sont impliqués dans le trafic de drogue, et le trafic de cocaïne génère des profits criminels de plusieurs millions d’euros. Une meilleure compréhension des défis auxquels fait face la police permettra de lutter plus efficacement contre la menace violente que les réseaux de trafic de cocaïne représentent pour les citoyens.

Chloé Carpentier, cheffe de la section de recherche sur les drogues de l’UNODC, a souligné que la dynamique actuelle de diversification et de prolifération des canaux d’approvisionnement en cocaïne, des acteurs criminels et des modalités risque de s’accentuer si rien n’est fait.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Leave a Reply