Les autorités policières et judiciaires européennes mènent la plus grande attaque coordonnée contre l’organisation criminelle italienne

Au cours d’une journée d’action conjointe de 10 pays, 132 membres de l’un des réseaux criminels les plus puissants au monde ont été arrêtés. Le 3 mai, les autorités policières de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, de France, du Portugal, de Slovénie, d’Espagne, de Roumanie, du Brésil et du Panama ont perquisitionné plusieurs domiciles et entreprises. Plus de 2 770 agents ont été impliqués sur le terrain lors de cette vaste opération.

Eurojust et Europol ont soutenu cette opération internationale contre la ‘Ndrangheta, qui est devenue à ce jour la plus grande réussite de répression contre le syndicat du crime italien. L’organisation mafieuse est responsable d’une grande partie du commerce de la cocaïne en Europe, ainsi que du blanchiment d’argent systématique, de la corruption et de la violence.

Le réseau criminel faisant l’objet de l’enquête était dirigé par plusieurs puissantes familles de la ‘Ndrangheta basées principalement dans la ville de San Luca, située dans la province italienne de Reggio Calabria. Certaines de ces familles sont impliquées depuis des décennies dans une guerre entre clans connue sous le nom de « querelle de San Luca », qui a culminé avec des fusillades de masse en Italie et à l’étranger, comme le massacre de Duisbourg en 2007 en Allemagne.

Les membres du réseau criminel prenaient part à des conspirations criminelles non seulement en tant que membres d’une organisation mafieuse, mais aussi en tant que responsables de trafic de stupéfiants, trafic d’armes à feu, détention illégale d’armes à feu, blanchiment d’argent, enregistrement frauduleux d’actifs, fraude fiscale et évasion fiscale, ainsi que de complicité avec des fugitifs (qui ont été arrêtés entre-temps). Deux de ces fugitifs figuraient sur la liste des personnes les plus recherchées de l’Union européenne.

Le réseau criminel italien opérait principalement dans le trafic international de drogue de l’Amérique du Sud vers l’Europe, ainsi que vers l’Australie. Les autorités ont découvert que le réseau travaillait en collaboration avec le groupe criminel organisé colombien Gulf Clan et un groupe criminel albanophone opérant en Équateur et dans plusieurs pays européens.

En outre, les clans de la ‘Ndrangheta étaient impliqués dans le trafic international d’armes à feu du Pakistan vers l’Amérique du Sud, fournissant du matériel au célèbre groupe criminel PCC (Primeiro Comando da Capital) en échange de cargaisons de cocaïne. Les enquêteurs ont suivi les flux d’argent dans le cadre d’un vaste système de blanchiment d’argent à l’échelle mondiale, avec des investissements massifs en Belgique, en Allemagne, en Italie, au Portugal, en Argentine, en Uruguay et au Brésil.

Le groupe criminel a investi ses bénéfices dans l’immobilier, les restaurants, les hôtels, les stations de lavage de voitures, les supermarchés et d’autres activités commerciales. Pour payer la cocaïne ou transférer des avoirs illicites, les criminels s’appuyaient souvent sur des facilitateurs utilisant le système hawala.

Eurojust a soutenu les autorités policières participantes en mettant en place et en finançant deux équipes d’enquête conjointes. L’agence a également accueilli dix réunions de coordination après avoir instauré un centre permettant une coopération rapide entre les autorités judiciaires impliquées dans la journée d’action. Trois dossiers liés à Eurojust ont été ouverts à la demande des autorités italiennes, allemandes et belges. Eurojust a également facilité la transmission et l’exécution des décisions d’enquête européennes.

Le projet d’analyse sur le crime organisé italien d’Europol a soutenu cette enquête en tant qu’affaire prioritaire. Il a fourni des rapports de recoupement aux unités de recherche nationales concernées. Au total, plus de 200 messages SIENA ont été échangés entre les pays concernés. En plus de soutenir l’enquête elle-même, le projet d’analyse a également été un soutien pour l’enquête sur les trois fugitifs.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Leave a Reply