La lutte contre l’extrémisme au sein de l’armée américaine

Ces dernières années, les gros titres des journaux ont mis en évidence l’implication d’actuels et d’anciens militaires américains dans des manifestations contre la violence, des groupes suprémacistes, l’assaut du Capitole et d’autres formes de violence extrémiste qui englobe différents spectres politiques et idéologiques. C’est ce qui ressort d’une récente étude réalisée aux États-Unis.

La menace de l’extrémisme n’est pas nouvelle, mais la prolifération des réseaux sociaux a facilité la propagation rapide des idées radicales et l’organisation de groupes extrémistes, qui recrutent jusque dans la communauté militaire (membres des forces armées, conjoints de militaires, familles de militaires, employés civils et prestataires privés) pour gagner des membres et des capacités opérationnelles.

Le ministère de la Défense des États-Unis (qui a pour sigle en anglais DoD) a depuis longtemps déjà interdit aux membres des forces armées de défendre activement des activités extrémistes.

Dans la politique du DoD, il est attendu que les commandants détectent les activités interdites, enquêtent sur ces dernières et prennent des mesures correctives. Il incombe également aux commandants de contribuer à minimiser les risques en intervenant tôt, principalement en conseillant l’individu.

C’est dans cette perspective que l’on fournit aux commandants un cadre pour réduire les risques d’extrémisme dans l’armée.

Tout d’abord, les points importants de la recherche sur l’extrémisme sont présentés, y compris un cadre pour comprendre ces activités. Ensuite, ce cadre est utilisé pour définir quatre stratégies visant à réduire les risques d’extrémisme dans l’armée. Enfin, il est conseillé de suivre une approche centrée sur la communauté qui s’appuie sur les programmes militaires existants pour mieux aider les commandants à assumer leurs responsabilités en matière de prévention et d’atténuation de l’exposition à l’extrémisme au sein de l’armée.

Recommandations

Cinq recommandations sont proposées afin d’élaborer une stratégie visant à aider les commandants à atténuer l’extrémisme sur l’Internet militaire.

Étant donné la diversité de la communauté militaire américaine, toute politique ou tout programme visant à prévenir ou à détecter l’extrémisme doit tenir compte de la communauté militaire dans son ensemble.

En 2019, elle comptait plus de 1,3 million de membres actifs, mais aussi plus d’1 million de membres de la Ready Reserve, plus de 200 000 autres réservistes, près de 900 000 employés civils du DoD, plus de 965 000 conjoints de militaires et plus de 1,6 million d’enfants de militaires.

Tout membre de ces groupes pourrait adopter et promouvoir des croyances extrémistes, et passer à l’acte, ou même devenir membre actif ou passif de groupes extrémistes qui prônent la suprématie raciale et l’extrémisme religieux, ou des idéologies sociales ou politiques spécifiques.

Il est préférable de réagir aux premiers signes d’extrémisme plutôt que d’attendre que les premiers états extrémistes se manifestent d’une manière qui affecterait déjà directement la préparation militaire.

Les prestataires de services communautaires pourraient également réfléchir à des moyens plus larges de contrer l’influence et l’impact des groupes extrémistes, par exemple :

  • fournir des conseils généraux sur la manière de briser les cycles de l’indignation et de la haine pour gérer les relations personnelles avec des amis ou des membres de la famille qui ont des opinions extrémistes ou sont impliqués dans des groupes extrémistes violents ;
  • organiser des activités pour lutter contre les stéréotypes et les mythes ;
  • organiser des activités de questions-réponses virtuelles en temps réel ou des séances avec d’anciens extrémistes pour comprendre l’impact de l’extrémisme et comment se désengager de ces groupes.

Les prestataires de services pourraient également alerter les dirigeants sur les signes de désinformation, de recrutement et d’émergence de groupes qui pourraient constituer une menace pour la communauté militaire.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Leave a Reply