Le rapport sur les risques mondiaux 2021 du Forum économique mondial

En 2020, la menace d’une pandémie mondiale s’est concrétisée. Selon plusieurs enquêtes menées par des gouvernements et des entreprises, tous les domaines de la société ont subi des dommages très graves et d’une grande ampleur.

C’est dans ce contexte que paraît le rapport sur les risques mondiaux 2021 du Forum économique mondial, la 16e édition de ce rapport. L’analyse se concentre sur les risques et les conséquences d’une aggravation des inégalités et de la fragmentation sociale. Dans certains cas, des disparités en matière d’efficacité sanitaire, de technologie ou d’opportunités de travail sont nées directement de la dynamique créée par la pandémie. Dans d’autres cas, les divisions sociales déjà présentes se sont accentuées et ont considérablement affaibli les réseaux de sécurité et les structures économiques.

Il convient de réduire les disparités actuelles, en fonction des actions menées à la suite de la pandémie de COVID-19, afin de reconstruire un avenir inclusif et accessible. Les divisions sociales et l’inaction concernant les inégalités économiques pourraient aggraver le changement climatique, une menace qui pèse toujours sur la planète.

On constate également une fragmentation sociale croissante, qui se manifeste par des risques persistants ou émergents, l’augmentation du chômage, le creusement du fossé numérique et une désillusion accrue chez les jeunes. Cela peut avoir de graves conséquences étant donné que la conjoncture économique est mauvaise et qu’il existe des risques environnementaux, géopolitiques et technologiques.

Le coût humain et économique immédiat de la pandémie de COVID-19 est très lourd. Elle menace d’anéantir les progrès accomplis ces dernières années en matière de réduction de la pauvreté et des inégalités et, à long terme, de fragiliser la cohésion sociale et la coopération mondiale. Les interactions et les mutations brutales des marchés pourraient entraîner des conséquences désastreuses et des pertes d’opportunités pour une grande partie de la population mondiale. Le malaise social, la fragmentation politique et les tensions géopolitiques auront un impact sur l’efficacité de notre réponse aux autres menaces clés de la décennie à venir : les cyberattaques, les armes de destruction massive et, surtout, le changement climatique.

Le rapport sur les risques mondiaux 2021 contient les résultats de la dernière enquête sur la perception des risques mondiaux, suivis de l’analyse de la croissance économique et sociale, des divisions industrielles, de leurs interconnexions et de leurs implications pour notre capacité à répondre aux principaux risques mondiaux qui requièrent une cohésion sociale et une coopération mondiale.

Le rapport se termine par des propositions d’amélioration, de résilience, élaborées à partir des leçons de la pandémie et de l’analyse des risques historiques.

Parmi les risques à plus forte probabilité pour les dix années à venir figurent les conditions météorologiques extrêmes, l’échec de l’action pour le climat et les dommages environnementaux occasionnés par l’homme, ainsi que les inégalités numériques et l’échec de la cybersécurité.

Parmi les risques à plus fort impact pour la prochaine décennie, le rapport liste les maladies infectieuses (avec la Chine au premier rang), suivies de l’échec de l’action pour le climat et d’autres risques environnementaux, ainsi que des armes de destruction massive, des crises de subsistance et des crises de dette.

Le rapport mentionne également les crises de l’emploi et des moyens de subsistance, la désillusion généralisée chez les jeunes, les inégalités numériques, la stagnation économique, les dommages environnementaux occasionnés par l’homme, l’affaiblissement de la cohésion sociale et les attaques terroristes.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Leave a Reply