Progrès en matière de justice, de droits de l’homme et de sécurité publique en Amérique centrale

Des pays comme le Salvador, le Honduras et le Guatemala sont confrontés à des défis constants dans la lutte contre l’insécurité, l’impunité et la corruption. Les responsables des politiques publiques ont besoin de réponses pour déterminer la façon la plus stratégique d’améliorer la gouvernance dans la région.

Comme l’explique WOLA, le Monitor Centroamericano (Observatoire d’Amérique centrale) se charge de collecter et d’analyser une série d’indicateurs qualitatifs et quantitatifs dans huit domaines clés liés à la sécurité publique, à la justice et aux droits de l’homme.

L’Observatoire fournit des graphiques et des rapports qui examinent les mesures que chaque pays met en œuvre pour renforcer l’état de droit et la sécurité publique.

Les données recueillies et analysées ont montré les tendances et les sujets de préoccupation dans la région, dont notamment :

  • Des progrès significatifs ont été réalisés dans toute la région en matière de lutte contre la corruption. Cependant, les problèmes persistent au niveau de la mise à jour ou des réformes de la législation existante et, dans certains cas, des lois rétrogrades ont même été adoptées. La capacité des trois pays à empêcher que la corruption ne persiste est une question particulièrement urgente mais difficile en pleine pandémie de COVID-19.
  • Bien qu’il existe des lois et des mécanismes de transparence, des synergies empêchent les agents publics et les institutions de publier des informations publiques de façon régulière. Par exemple, certaines des institutions examinées, à savoir les ministères responsables de la défense et de la sécurité publique, ne parviennent pas à mettre à la disposition du public des renseignements importants sur leur fonctionnement. Au Honduras, par exemple, l’organe chargé d’examiner les états financiers des fonctionnaires n’a aucun moyen de déterminer de manière proactive que les informations sont véridiques et exactes.
  • Un niveau d’impunité élevé persiste pour les crimes liés aux violations des droits de l’homme, aux homicides et aux menaces contre les défenseurs des droits de l’homme, bien que le Honduras et le Guatemala aient pris des mesures qui visent, en principe, à créer un environnement plus propice à l’exercice de la protection des droits de l’homme. Une tendance inquiétante doit être soulignée : celle de l’utilisation abusive du droit pénal pour tenter d’empêcher ou d’arrêter le travail des défenseurs des droits de l’homme. Au Honduras, entre 2014 et 2017, 141 défenseurs des droits de l’homme ont été assassinés.
  • Des lois spécialisées ont été adoptées afin d’aider à prévenir, à détecter et à combattre la violence et le crime organisé. Malgré une diminution du taux global d’homicides, la violence et l’insécurité demeurent au premier plan des préoccupations de la population. Au Salvador, neuf cas d’enlèvement sur dix pris en charge par le Ministère public ont été enregistrés et huit sur dix dans le cas des homicides.
  • Les systèmes de justice dans toute la région ne disposent pas des ressources humaines nécessaires et ils doivent faire face à des menaces qui compromettent leur indépendance. Ces problèmes compromettent la capacité des systèmes de justice à enquêter et à poursuivre les crimes de manière efficace. Par exemple, en 2014, au Guatemala, seulement 2 % des plaintes déposées auprès du Ministère public ont abouti à une condamnation.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Deixa un comentari