Coordination et renseignement sont nécessaires pour lutter contre la traite d’êtres humains et le trafic de migrants

Des experts mondiaux issus de 70 pays se sont réunis en septembre dernier à Abuja, au Nigéria, pour établir un front commun dans la lutte contre les groupes internationaux complexes responsables de la traite d’êtres humains et du trafic de migrants.

La 6ème Conférence mondiale d’Interpol sur la lutte contre le trafic de personnes a été menée à bien en coopération avec l’Agence nationale nigérienne contre la traite des êtres humains, la police et le Service nigérian de l’immigration.

Avec plus de 500 spécialistes des services de police, des secteurs public et privé et d’organisations non gouvernementales et internationales, l’événement a servi à établir des points de vue au niveau mondial sur :

  • les menaces potentielles et les tendances actuelles
  • les flux financiers que génèrent les infractions
  • le rôle essentiel des partenariats intersectoriels
  • les moyens d’éluder les obstacles à l’action pénale
  • l’utilisation de la technologie et des données dans les enquêtes

Les groupes qui se livrent à la traite d’êtres humains et au trafic de migrants sont souvent associés à d’autres formes de criminalité, notamment le blanchiment d’argent, la fraude aux documents sécurisés, le trafic de stupéfiants, le cybercrime et le terrorisme.

Les réseaux de crime organisé ont adopté la technologie et utilisent Internet et les médias sociaux pour attirer des clients potentiels et annoncer leurs services. Ils sont, essentiellement, vendeurs de leurs services à des personnes vulnérables.

Au cours de l’année dernière, les opérations Épervier, Libertad et Sawiyan, dirigées par Interpol, ont permis de porter secours à près de 1 000 victimes du trafic de migrants et de la traite d’êtres humains. Grâce à une approche coordonnée impliquant la formation et la collaboration préopérationnelles des forces de police nationales, les ONG et les services sociaux, ces opérations ont donné lieu à une capacité d’enquête policière à long terme et à une prise en charge adaptée des personnes secourues.

En tant que plateforme mondiale et neutre d’échange d’information de police, Interpol offre aux policiers un accès en temps réel à des bases de données criminelles contenant des millions d’enregistrements sur des documents d’identité, renseignements biométriques et personnes recherchées. Ses notifications peuvent également être utilisées pour alerter les pays membres  concernant des fugitifs, des modes opératoires ou des personnes disparues.

Au début de cette année, le Groupe de travail mondial d’Interpol sur la traite d’êtres humains a reçu le soutien des ministres de la Sécurité du G7. Ce groupe de travail est la colonne vertébrale de plusieurs initiatives qui offrent un soutien aux enquêtes et proposent des analyses criminelles, des formations et des ateliers régionaux dans les pays membres d’Interpol.

La Conférence mondiale d’Abuja a été suivie de réunions du Groupe d’experts d’Interpol sur le trafic d’êtres humains et du Réseau opérationnel spécialisé d’Interpol pour la lutte contre le trafic illégal de migrants. Ces groupes opérationnels jouent un rôle essentiel dans la création de réseaux qui partagent des renseignements spécifiques sur les menaces, tendances, itinéraires et modes opératoires.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Comentari / Comentario / Comment / Commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out /  Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out /  Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out /  Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out /  Canvia )

S'està connectant a %s