La politique de sécurité dans la ville de Neza (Mexique) : espoir ou mirage ?

Dernièrement s’est tenu dans la ville de Nezahualcóyotl (« Neza » pour simplifier) un congrès international de sécurité et proximité. Ce qui en soi n’a rien d’exceptionnel. En revanche, ce qui est très intéressant, c’est ce qu’il y a derrière.

Hay un coyote detras de Nezahualcoyotl

Neza est une ville qui jouxte la ville de Mexico, créée à l’issue d’une forte immigration interne en 1963. Dès lors, sa croissance a été pratiquement constante et sa population dépasse aujourd’hui très largement le million d’habitants. De par ses caractéristiques sociodémographiques, c’est une ville qui, outre ses déficiences structurelles, a connu de gros problèmes, dont une délinquance particulièrement violente.

La ville se trouve dans un environnement – le Mexique – où la délinquance violente a toujours été très présente ; or cette violence, dès le début du mandat du président Felipe Calderón (2006-2012), s’est fortement accrue en conséquence, selon la plupart des observateurs, d’une politique qui prétendait éradiquer tout le trafic de stupéfiants dans le pays et qui, n’ayant pas les ressources nécessaires pour ce faire, n’a réussi qu’à atomiser certains groupes, à déstabiliser les marchés et à augmenter la violence, d’abord contre l’État puis entre ces mêmes groupes qui se livrent une lutte sans merci pour le contrôle du territoire. Au mois de mars dernier, les homicides volontaires ont montré un pic mensuel historique (2 020), auxquels il faut ajouter 1 426 cas d’homicides involontaires[1] (plus de cinq fois le nombre d’homicides annuels en Espagne).

Pour combattre cette vague de violence au niveau fédéral, on avait misé sur une militarisation croissante du conflit (intervention intense de l’armée) et sur l’introduction d’éléments militarisés dans la police. Tout cela assorti de la proposition de « commandement unique » qui placerait toutes les forces de police sous un commandement national unique, pouvant disposer librement des polices municipales, y compris de leurs biens[2].

La situation se voit par ailleurs aggravée par les forts niveaux de corruption dans la plupart des polices mexicaines. Les salaires peu généreux des policiers résistent mal aux propositions de subornation du crime organisé. Ce fait entraîne une grande méfiance de la population à l’égard de la police. En témoignent les chiffres noirs qui se situent autour de 93,7%[3] au plan national, avec 95% pour l’État de Mexico (seule une victime de délit sur vingt porte plainte auprès de la police)[4].

Dans ce contexte, la ville de Neza, avec le soutien de sa police locale, en refusant le commandement unique, en appliquant une stratégie de proximité sociale[5], en favorisant la participation citoyenne aux questions de sécurité et en augmentant la transparence, a réussi à passer en seulement trois ans de la 17ème position (en 2012) en nombre de morts violentes dans l’État de Mexico dont elle fait partie à la 72ème position (en 2015) sur un total de 125 communes que compte l’État[6]. Pour implanter ce modèle, on a appliqué des méthodologies de travail conçues, entre autres, par l’Université et la Police locale de Castelló de la Plana[7].

Le processus suit son cours avec détermination mais non sans mal ; en effet, la première semaine de mai, une femme et deux hommes du corps de police ont été assassinés dans une embuscade (un troisième homme a été grièvement blessé). Il faudra voir si Neza va se consolider – de même que d’autres villes telles que General Escobedo (Nouveau Léon) qui, elle aussi, suit ce chemin – et parviendra à ramener les politiques de sécurité vers des stratégies plus transversales et plus efficaces ou si, au contraire, elle cèdera finalement à la vague de violence et de répression. En fait, les participants audit congrès ont décidé de créer un réseau de communes qui misent sur ce type de politiques[8] afin de conjuguer les efforts dans ce sens.

[1] Vid. https://drive.google.com/file/d/0ByOma7eqHEQ5aldxSFlfd0xzNWc/edit

[2] Vid. http://123probando.com.mx/causaencomun/wp-content/uploads/2015/11/Posicionamiento-de-Causa-en-Común-Senado-200115.pdf

[3] http://www.inegi.org.mx/saladeprensa/boletines/2016/especiales/especiales2016_09_04.pdf

[4] https://drive.google.com/file/d/0ByOma7eqHEQ5cDdWWUxrT3ZxVjQ/view

[5] Vid. http://seguridadneza.gob.mx/portal/?pag=pg_mv

[6] Vid. http://causaencomun.org.mx/prensa/propuestas-seguridad-publica-a-los-candidatos-a-gobernador/

[7] http://www.catedraeurocop.uji.es/wp-content/uploads/2014/10/C-CÁTEDRA-y-PROXPOL-corto-con-EFUS-y-ENFOQUES-V-14082014-prot.pdf

[8] Vid. http://seguridadneza.gob.mx/portal/?pag=pg_art&not=MTM2

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Comentari / Comentario / Comment / Commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s