Les indicateurs psychosociaux dans la transgression des règles de circulation

Récemment, il a été publié les résultats d’une étude[1] dont le but était de déterminer l’influence des variables dérivées des concepts de dissuasion, influence sociale et légitimité dans la transgression de quatre des règles de circulation routière qui préoccupent le plus les autorités en la matière :

  • l’utilisation de la ceinture de sécuritéestudi_transit
  • la manipulation du téléphone portable pendant la conduite
  • l’excès de vitesse
  • l’excès d’alcoolémie au volant

Pour atteindre cet objectif, une enquête a été réalisée sur 1 500 conducteurs. Les résultats obtenus montrent que :

  • L’influence sociale est un facteur déterminant pour le respect de toutes les règles de circulation.
  • Les variables de légitimité jouent un rôle important pour prévoir la probabilité de transgression.
  • Aucun des facteurs dérivés du modèle de dissuasion n’a une influence sur ces comportements.

Ces dernières années, suite à l’amélioration progressive des voies de circulation ainsi que de la sécurité des véhicules, la recherche scientifique a souligné qu’actuellement, la cause principale des accidents de la route est le facteur humain dont, entre autres comportements, la transgression des règles de circulation routière.

D’après les auteures de l’étude, les politiques publiques actuellement développées et appliquées semblent tenir pour acquis que la clé pour prévenir la transgression réside dans l’augmentation des sanctions formelles, en écartant d’autres éléments qui pourraient s’avérer plus efficaces comme, par exemple, les règles et sanctions sociales informelles ou le propre système de valeurs de l’individu.

Les résultats de l’étude font apparaître la nécessité d’une révision des approches sur lesquelles reposent actuellement les politiques publiques en matière de prévention des comportements dangereux au volant.

Elles considèrent que le comportement des conducteurs, face à chacune des règles de circulation routière étudiées, présente des différences qui tendraient à préconiser la diversification des stratégies de contrôle social formel pour encourager les comportements responsables au volant et, ainsi, atteindre une plus grande efficacité préventive.

La probabilité de respecter les règles dépendra fondamentalement de deux facteurs qui sont, d’une part, le comportement adopté par le groupe de référence et, d’autre part, le fait que les préceptes formels soient considérés moralement acceptables.

Par conséquent, elles en concluent que les normes formelles imposées et le traitement donné par les autorités légales devraient s’aligner sur le système de valeurs partagé par les membres de la société.

[1] Étude menée par Rebeca Bautista Ortuño et Esther Sitges Macià de l’Université Miguel Hernández d’Elche. Financée par la Direction générale de la Circulation routière espagnole. Revista Española de Investigación Criminológica. Article 5, Numéro 14 (2016). ISSN: 1696-9219. www.criminologia.net

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Comentari / Comentario / Comment / Commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s