Un projet de recherche estime les variables d’enquêtes de victimation à l’échelle des petites régions

Le prix du Président à la recherche postdoctorale, décerné par l’université de Manchester, a financé un projet de recherche visant à approfondir l’application des techniques d’estimation aux petites régions afin de faire affleurer la distribution de variables issues d’enquêtes de victimation à l’échelle d’un petit espace géographique. Ce projet permettra à David Buil Gil de développer sa thèse doctorale sous la direction de Juan José Medina Ariza et de Natalie Shlomo.

Les participants au projet sont d’avis que, lorsque l’on conçoit des politiques publiques centrées sur la prévention de la criminalité et sur l’augmentation de la sécurité telle que perçue par les citoyens, on ne peut pas se contenter d’évaluer la criminalité détectée par les services de sécurité car celle-ci ne recouvre qu’une partie de l’ensemble des délits commis. Il convient en outre de prendre en considération d’autres variables importantes qui ne sont dépistées qu’au travers des enquêtes de victimation, comme la peur du délit, les perceptions de désordre ou le niveau de confiance dans les administrations publiques.

Le problème survient lorsque les petits échantillons utilisés pour ces enquêtes ne permettent pas d’observer les différences existantes entre les petits secteurs des villes, empêchant de la sorte la conception de politiques publiques axées et fondées sur les différences existantes entre ces secteurs. Autrement dit, les échantillons utilisés par les enquêtes de victimation interrogent en moyenne moins d’une personne par quartier. Les méthodes conventionnelles ne permettent donc pas de connaître les différences entre les petites régions.

Pour les chercheurs, le recours à une nouvelle génération de techniques statistiques nommées « estimation pour petites régions » permet d’effectuer l’estimation des variables utiles à l’échelle des zones géographiques de faible taille. En associant les données collectées par les enquêtes à une information détaillée issue du recensement de la population et à d’autres données publiques, on génère des modèles statistiques qui procurent des explications, toujours à base d’estimations, sur les différences entre petites régions. Les chercheurs préviennent que, même s’il existe des modèles statistiques d’estimation pour les petites régions à l’échelle de l’individu et à l’échelle de la région, dans le cas des enquêtes de victimation, la plupart des études devront se fonder sur des modèles à l’échelle de la petite région. En effet, les données sont rarement publiées à l’échelle individuelle pour des raisons d’anonymat et de confidentialité.

Plus précisément, le projet développé à l’université de Manchester permettra d’estimer à Manchester, à l’échelle de la très petite région, des variables collectées par l’enquête de victimation menée pour l’Angleterre et le Pays de Galles. Ses membres prévoient que les estimations issues du projet permettront de concevoir des politiques publiques et des stratégies de prévention de la criminalité sensibles aux différences de la distribution d’une foule de variables à l’échelle des toutes petites régions, ce qui permettra d’effectuer une approche fondée sur la science des problèmes sociaux détectés dans les différents secteurs des villes.

LIENS UTILES

Article sur la Small Area Estimation for Targeting Hot-Spot Policing Interventions publié sur le British Society of Criminology Policing Network.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Comentari / Comentario / Comment / Commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s