Aux États-Unis, presque la moitié des délits ne fait pas l’objet d’un dépôt de plainte

43-new_albany_indiana_police_station

L’Office des Statistiques de Justice des États-Unis (abrégé BJS en anglais) a publié les résultats de la dernière édition de la National Crime Victimization Survey, qui présente le résultat d’enquêtes effectuées auprès de 95 760 ménages, dans lesquels 163 880 personnes d’au moins 12 ans ont été sondées. Pour ce qui est de l’année 2015, les résultats les plus remarquables sont les suivants:

  • On compte 18,6 victimations pour délits violents (viol ou agression sexuelle, vol avec violence, et agression grave ou légère) pour 1 000 personnes de 12 ans ou plus.
  • 0,98 % de la population âgée d’au moins 12 ans a été victime d’un fait violent au moins.
  • On compte 110,7 victimations pour atteintes aux biens (violations de domicile, vols et détournements de véhicule) pour 1 000 ménages.
  • 7,60 % des ménages américains ont été victimes d’au moins une atteinte à leurs biens.
  • Le taux de victimation pour délits violents ainsi que le taux d’atteintes aux biens ont baissé par rapport à l’année précédente, quoique de façon peu significative, d’après les statistique du BJS (de 20,1 à 18,6 pour les faits violents et de 118,1 à 110,7 pour les atteintes au bien).
  • Seuls 47 % des délits violents et 35 % des atteintes aux biens ont été déclarés à la police.
  • À l’exception des viols et des agressions sexuelles, dont seuls 32,5 % sont déclarés, le taux de dépôt de plainte pour les délits les plus graves dépasse les 50 % (vol avec violence, 61,9 %, et délits violents graves, 54,9 %).
  • L’an dernier a connu une baisse importante du taux de déclaration des cambriolages (de 60,0 % à 50,8 %) et des détournements de véhicule (de 83,3 % à 69,0 %).

Le BJS a non seulement présenté ce rapport, mais aussi actualisé son outil d’analyse des données de la victimation (NCVS Victimization Analysis Tool (NVAT), grâce auquel on peut accéder aux enquêtes effectuées depuis 1993, ainsi qu’à des données de soutien telles que la méthodologie employée et les définitions.

Les données de 2015 ne sont pas encore disponibles pour le téléchargement mais peuvent être consultées. L’utilisateur peut les consulter à l’aide de tableaux déjà confectionnés ou bien personnaliser lui-même ses propres tableaux. Il peut en effet sélectionner jusqu’à cinq critères différents : type de victimation (par personne ou par ménage), cadre temporel (de 1993 à 2015), type de délit, et deux variables d’analyse à choisir parmi l’âge, le sexe, l’origine de la victime, le dépôt ou non de plainte auprès de la police, le lieu du délit, etc.).

Ces résultats cherchent à compléter les données obtenues à partir du registre policier dont ce blog a déjà parlé, même si la comparaison est rendue difficile du fait que chaque registre a utilisé une méthodologie différente.

_____

Aquest apunt en català / Esta entrada en español / This post in English

Comentari / Comentario / Comment / Commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s